conseils pédagogiques

Guide pédagogique du Musicorama

 

Déroulement possible de l'activité en 6 étapes (pour une séance d'au moins 60 mn)

 

1 - Expliquer et montrer le principe de l'activité, apprendre les manipulations nécessaires sur le logiciel de montage, montrer les vignettes des 15 séquences vidéo, faire rapidement un premier essai d'association ; 
 

2 - Faire écouter des extraits de musique de chaque catégorie d'émotion (sensations, humeurs, attitudes, sentiments) dans lesquelles elles ont été classées, mais sans donner la nature de la catégorie.
 

- Demander brièvement aux participants ce que ces musiques évoquent pour eux (sensations, émotions, sentiments, idées, souvenirs...) et les éventuelles images mentales traversant leur esprit.
 

- Signaler aux participants qu'ils ont le droit d'exprimer les émotions évoquées et/ou ressenties, par des attitudes, des gestes, des expressions du visage. Généralement, les moins inhibés le font naturellement, en particulier chez les enfants de moins de 8 ans. Cette expression par le corps peut être une première étape utile dans le processus d'identification des émotions, avant l'étape de verbalisations et d'échanges. Elle implique de donner quelques consignes et règles pour éviter trop d'excitation et de débordement, le retour au calme étant nécessaire pour rester attentif à chaque association expérimentée. Savoir exprimer ses émotions et sentiments et savoir les identifier est préalable à un échange critique honnête sur une oeuvre, un film, une image, une musique. Rappelons que ne pas savoir gérer une émotion, un trouble, crée une tension interne, un malaise, parfois suivi finalement d'une expression violente, notamment somatique.
 

- On peut demander également aux participants à quel genre audiovisuel chaque musique correspondrait le mieux (générique d'émission TV, générique de JT, émission sportive et tous les genres de fiction : humour, aventure, horreur, etc.).

 

3 - Inviter les participants à expérimenter chacun leur tour une association. Leur donner pour consigne de les choisir en faisant en sorte que les résultats des associations soient très différents les unes des autres. S'ils le souhaitent, ils peuvent expliquer ce qui motive leur choix de séquence vidéo et commenter les résultats de leur association. Encourager les participants à exprimer leurs éventuelles questions sur les pratiques d'associations images et musiques en général : peut-être s'interrogeront-ils sur les procédés techniques, le matériel nécessaire, les notions de droit, la relation compositeur/réalisateur, les métiers inhérents, où trouver des images et musiques libres de droits, les logiciels de montage sous windows, etc.

 

4 - Présenter brièvement votre propre sélection d'associations très démonstratives et déjà préparées dans le logiciel de montage. Demander aux participants, s'ils le souhaitent, de commenter ces associations.

 

5 - Poser quelques questions pour encourager la verbalisation et les échanges, notamment auprès des participants ne s'étant pas ou très peu exprimés pendant l'activité. Profiter des échanges pour transmettre du vocabulaire spécifique. On peut notamment leur demander :
    - que voyez-vous ?
    - que se passe-t-il dans cette vidéo ?
    - de quel genre de musique s'agit-il ?
    - qu'est-ce que cette musique évoque pour vous ?
    - que ressentez-vous ?
    - que va-t-il se passer ensuite ?
    - quel commentaire pourriez-vous associer ?
    - cette association est-elle intéressante et pourquoi ?   

                        

 

 

Autres conseils
 

Le Musicorama peut faire l'objet d'activités individuelles (un PC et un casque par participant), mais il est plus intéressant et plus amusant d'y jouer en binôme ou en groupe pour favoriser les échanges et la verbalisation des interprétations et ressentis. Ces échanges pourront notamment démontrer les différences d'interprétation et de ressenti entre les participants.
 

Il est important que la verbalisation et la théorisation se fassent spontanément et naturellement pour préserver le caractère ludique de l'activité. Ce jeu éducatif ne doit pas se transformer en cours magistral sur les fonctions de la musique !!! Une demande de verbalisation trop « tôt » ou trop systématique risque de nuire à la dynamique de l'activité et à son intérêt pour les participants, surtout les plus jeunes. La priorité est de donner à chacun la possibilité et l'envie d'expérimenter et de multiplier des associations d'images et de musiques. Ces expérimentations leur permettront d'observer par eux même la différence des effets produits et de tirer leurs propres conclusions sur les fonctions et pouvoirs de la musique.
 

De préférence, les associations effectuées ne doivent pas être jugées bonnes ou mauvaises, mais considérées comme plus ou moins intéressantes quant aux effets produits. Il est fréquent que les participants disent que telle musique « va bien », telle autre « ne va pas bien ». L'adulte encadrant peut alors demander d'apporter des explications « Pourquoi pensez-vous que ce mixage fonctionne ou ne fonctionne pas ? ».
 

 

Que faut-il observer chez les participants ?
 

Nous conseillons aux adultes encadrant et animant l'activité d'être particulièrement attentifs aux réactions de chaque participant. Ceci implique de se placer face à eux durant l'activité et donc de ne pas trop regarder l'écran. Il est souhaitable d'observer :
 

> leurs réactions physiques ou leurs non réactions ;
 

> leurs réactions orales (ou non) : interprétations, ressentis et tout ce qui pourrait valider la compréhension et une meilleure prise de conscience du pouvoir de la musique associée à des images « ça change le sens »,  « j'ai l'impression que c'est un autre film » ;
 

> leurs éventuelles difficultés à nommer une émotion, un sentiment, une humeur, une attitude (apporter du vocabulaire à cette occasion) ;  
 

> leur attention, le plaisir à participer à cette activité et le degré d'intérêt pour elle.

 

le Musicorama sur le logiciel Final Cut Pro X (système Apple)