Les films réalisés en atelier

Depuis sa création, ADEIFvidéo a animé de nombreux projets d'activités. Notre crédibilité et notre réputation se sont fondées, semble-t-il, sur notre pédagogie, sur nos techniques d'initiation, sur nos exercices innovants, mais aussi sur notre capacité à mener à bien des projets de production audiovisuelle dans un cadre éducatif.

 

 

 

Deux types de productions sont à distinguer :

 

les productions qui ont fait l'objet d'une élaboration et d'une finalisation assez avancée (70 films produits) ;

 

les productions plus spontanées, généralement réalisées par de petites équipes autonomes dans le cadre d'exercices créatifs, notamment ceux proposés durant notre atelier de juillet (ces bouts d'essais sont trop nombreux pour être répertoriés).

 

Ces productions ont toutes été encadrées par notre animateur. Elles sont de qualité assez inégale. Le temps qui a pu leur être consacré, les conditions de réalisation, leur préparation par les organisateurs et les jeunes participants ont souvent été très différents.

 

quelques aspects techniques

un précieux patrimoine

des films présentés en salle de cinéma

intérêts et écueils de la production élaborée

vous n'avez plus de copie de vos productions ?

 

 

quelques aspects techniques


 

Jusqu'en 2012, à l'exception des tous premiers films réalisés au format HI8 tous les autres ont été tournés au format DV avec de simples caméscopes grand public. Ils ont presque tous été montés sur une station Casablanca (analogique, puis numérique) et quelques-uns avec le logiciel imovie (mac). A partir de 2012, nos films sont tournés en HD et monté sur final cut pro 10 (mac). La durée des films varie de 3 mn à 40 mn. Leur durée moyenne est de 15 mn.

 

 

un précieux patrimoine


 

 

Au total, nous avons animé la réalisation de films auprès d'environ 900 jeunes de 5 à 25 ans, pour la plupart du Loir-et-Cher. Certains ont participé à plusieurs projets. Pour eux, comme pour les équipes éducatives encadrantes, ces films sont généralement de bons et amusants souvenirs. Ces images d'un passé aujourd'hui encore proche et demain plus lointain, ont pour l'essentiel été tournées en Sologne et en Vallée du Cher, souvent dans l'enceinte des établissements et parfois dans des cadres d'exception (Château de Villesavin, de Chémery, de Talcy...). Ils pourraient bien prendre une valeur particulière à bien des égards. Chaque film a été sauvegardé, mais nous n'avons pas encore pris le temps de les compiler. Nous y pensons !

 

 

 

des films présentés en salle de cinéma


 

 

Un peu plus de la moitié de nos productions ont fait l'objet d'une projection publique, la plupart du temps dans des cinémas : CVL Palace de Romorantin, Le Petit Casino de St. Aignan, Le Studio de Selles-sur-Cher pour les principaux. Sur la liste de nos productions (plus bas), une colonne indique les films projetés en salle de cinéma ou autres (salle des fêtes, salle de spectacle, etc.).

 

Nous apportons beaucoup d'intérêt à faire entrer les enfants, les jeunes et les familles dans les cinémas de leur commune, parfois pour la première fois, afin de valoriser leurs créations et de permettre un échange sur le déroulement du projet et autour des questions et appréciations des spectateurs.

 

Comme la liste des productions le démontre nous n'encadrons pratiquement plus de fictions. Nous considérons que le travail de mise en scène et d'interprétation diminue trop les possibilités d'apprentissages autour de l'image, de la prise de vues et du montage.

 

 

intérêts et écueils de la production élaborée


 

Le projet de production élaborée présente de nombreux intérêts éducatifs. Il motive certains apprentissages, il peut aider à fédérer les jeunes participants autour d'un objectif commun, il implique de l'organisation et des prises de responsabilités, engage des échanges d'idées, de choix techniques, il permet d'envisager une projection publique, etc.

 

Mais l'animation de tels projets est un travail complexe et il existe toujours un fort risque que ses organisateurs, ses encadrants, ses jeunes participants et leurs parents se focalisent sur la production, au détriment de l'intérêt porté à la quantité et à la qualité des apprentissages et à une implication réellement active de tous.

 

Le risque aussi, pour les jeunes participants, est de se voir dicter des choix créatifs, des règles et des techniques d'organisation et de réalisation dont ils n'ont pas saisi l'intérêt et la nécessité, même une fois le film terminé, et donc d'être instrumentalisés. Une fois encore, la plus grande complexité des projets de production est de trouver un équilibre entre la qualité des apprentissages et le désir de tous d'aboutir à un film satisfaisant.

 

Nous insistons auprès des organisateurs souhaitant réaliser un film assez élaboré pour que sa préparation et sa réalisation ne prennent au maximum qu'un tiers de la durée de nos séances d'activités.

 

En effet, nous souhaitons laisser une place suffisante à d'autres travaux et exercices éducatifs, aux échanges et temps d'analyse, tout aussi importants, même parfois davantage et permettant une meilleure implication de tous. Sur ce point, nous sommes de plus en plus entendus et compris, mais dans les faits, nous avons encore quelques difficultés ! Pour des raisons de budget et de temps, la participation des jeunes au montage des films a été le plus souvent très partielle, en particulier pour les enfants de moins de 8 ans.

 

Enfin, la qualité éducative de ces projets ne peut être jugée sur un seul visionnage critique de leurs productions, qui ne montrent justement pas ou trop peu les apprentissages réellement effectués. En d'autres termes, quand on regarde un film réalisé dans un cadre éducatif, il faut toujours chercher à savoir quelle a été la contribution de chaque jeune participant au travail effectué, au choix et à l'écriture du scénario, au choix et à la réalisation des prises de vues, du montage... Il faut chercher à savoir quel a été le travail d'initiation en amont et vérifier que la participation des jeunes ne se soit pas limitée à un rôle d'acteur(trice) ou de figurant(e).

 

 

 

vous n'avez plus de copie de vos productions ?


 

Avis aux nostalgiques ! Vous avez participé à un ou plusieurs projets de production avec ADEIFvidéo, mais vous n'avez pas ou plus de copie DVD de votre chef-d'oeuvre ? On peut y remédier, nous avons tout gardé, hormis 2 ou 3 pertes ou oublis. Nous pouvons vous envoyer les vidéos demandées, seule une adhésion pour l'année en cours est nécessaire (12 €). Donc n'hésitez pas à nous contacter en précisant bien le titre et la date de réalisation de la vidéo.